In Blog

L’amour serait mathématique

Temps de lecture : 5 min

 

Principe n°1 : utiliser la mécanique des fluides

 

Vous êtes toujours célibataire alors que nous sommes 7 milliards sur terre ? La mécanique des fluides  peut vous aider à déterminer pourquoi vous n’avez toujours pas trouvé l’âme soeur. Cette technique avait été utilisée par l’astronome Francis Drake pour estimer le nombre d’espèces intelligentes dans notre galaxie. Comment ?  Cette technique consiste à transformer un groupe difficile à quantifier en une estimation plus facile à envisager.

 

Exemple : Jean-Michel est un homme hétéro à la recherche de l’amour. Il y a 400 000 de femmes célibataires dans sa ville et ses environs. Jean-Mi’ adore les blondes (25%), plus âgées que lui (17%). Si elles ont un chat (13%), c’est un gros plus car Jean-Mi adore ses petites créatures méprisantes. Mais surtout Jean-Mi est un peu fétichiste, il voue un culte pour les gens qui ont deux pieds gauches (0,1%).
Résultat, les personnes remplissant tous ces critères sont au nombre de deux : sa mère et son ancienne professeure de latin.

Conclusion : ne soyez pas trop exigeant.e.s. Plus vous filtrez, plus vous réduisez vos chances de trouver une personne pouvant correspondre à vos exigences. Dans le cas de Jean-Mi, il serait peut-être bon d’enlever le filtre “2 pieds gauches” qui lui permettrait de passer de 2 à 50 femmes.

Comme le dit si bien Hannah Fry : « Il vaut mieux retenir un ou deux critères vraiment essentiels et laisser leurs chances aux gens. Nous connaissons tous quelqu’un qui a fini avec une personne qu’il n’aurait jamais cru pouvoir aimer. »

 

Principe n°2 : l’équation de l’attractivité

 

Est-ce que la plus bonne des copines d’Aya Nakamura a plus de chance que vous pour séduire une personne ? On est certes conditionnés par l’universel désir de reproduction; ce dernier fait qu’on préfère les hommes aux mâchoires carrées (question de testostérone) ou les femmes aux lèvres pulpeuses (preuve d’oestrogènes) ou encore les visages réguliers. De plus notre oeil est plus efficace qu’un scanner Franprix : il est capable de discerner des micro-imperfections révélatrices d’un système immunitaire fragile.

A cela s’ajoute les critères de beauté liés au lieu, à l’époque…et à la personne.

Alors est-ce que répondre aux critères de beauté du moment et de notre instinct de survie peut nous aider ? Pour répondre à cette question, une étude scientifique avait été menée avec trois groupes de femmes. Un groupe constitué de femmes considérées comme “belles”, un autre constitué de femmes “moins belles” et le dernier formé de “beautés clivantes”. Devinez quoi ? Le groupe de beautés clivantes est celui qui a reçu le plus de sollicitations.

 

Conclusion ? Au lieu d’essayer de ressembler à un énième clone d’Instagram model, soyez fier.es de vos particularités. Hannah Fry conseille donc de « se démarquer » et d’assumer ses imperfections sur les photos plutôt que de chercher à les gommer avec Facetune.

 

Principe n°3 : utiliser l’algorithme de Gale-Shapley

Cet algorithme était basé sur le fondement traditionnel : l’homme propose, la femme dispose.  

À la première étape, chaque homme propose le mariage à la femme qu’il préfère sans tenir compte d’éventuels concurrents. À ce moment, chaque femme accepte la proposition qu’elle préfère parmi celles qu’elle a reçues. Elle se « fiance » alors à celui-ci en rompant éventuellement ses fiançailles précédentes. Les femmes ne recevant aucune proposition de mariage attendent l’étape suivante.

Quand celle-ci arrive, les hommes déjà fiancés ne font rien, les autres font une proposition aux femmes qui ne les ont pas déjà refusés. Après un nombre fini d’étapes, l’algorithme de Gale-Shapley donne des mariages stables. Il ne s’agit pas des seuls mariages possibles mais la solution est optimale… pour les hommes. À l’inverse, les femmes ne peuvent pas être plus mal loties car in fine elles ont subi leur choix en ne pouvant faire de proposition selon leurs envies.

 

Dans le même sens, il y a la loi dite “du paradoxe du célibataire disponible”. Quand un.e célibataire “fragile” tombe sur une personne qui lui plaît, il est très probable qu’il/elle se donne à 100% pour conquérir sa cible. Au contraire, un.e célibataire “avec atouts” risque de moins se mettre en avant car il/elle connaît sa position de force.

Au final, qui a le plus de chance de repartir avec la cible ? Selon Hannah Fry, c’est la personne qui lui portera le plus d’attention donc le/la célibataire “fragile” qui a pris le plus de risque.

 

Moralité ? N’ayez pas peur de prendre les devants, au contraire prenez le lead ! Cela vous permettra de choisir une personne qui vous plaît à 100% et de ne pas attendre que tous les célibataires sympa de la place soient pris 😉

 

Pour mettre en application ces règles mathématiques, connectez-vous sur Peachy et matchez avec des célibataires !  Et si vous avez besoin d’aide pour créer un profil parfait, on vous donne des conseils ici.

 

PS : merci à 01amour qui nous a référencé parmi les app de rencontres en France !

 instagram facebook